Larmes

Hommage à mes amis belges après

 la tragédie qui a frappe leur pays.( 23.03.2016)

larmes)

 

Les nuites sont sombres pleines de froideur,

Tant que les paroles meurent par ailleurs,

Les rues sont vides, le vent souffle plus triste

Dès que la tranquillité ne plus existe.

 

La pluie frappe les rues vidées

Et porte des souvenirs éloignés,

Des jours tranquilles comme jamais

D’un temps doré par les jours ensoleillés.

 

Aujourd’hui le ciel pleure

Et le vent souffle sa douleur,

La mer frissonne bouleversé

Car l’orage a commencé.

 

L’orage a frappé la ville

Tant que le sommeil n’est plus tranquille,

Un poussier s’étende parmi les rues

Aussi des ombres inconnus.

 

Tout d’un soudain un bruit réveille

Le calme de la ville,

Les flammes jouent par ailleurs

Et portent leur douleur.