La ville interdite

Poésie dédiée à toutes les victimes des guerres

J’ai passé les rues vides de la ville

Dans un matin claire et tranquille,

Et j’ai revu les ombres d’hier

Parmi les pierres et leur poussier.

Hier je rencontrais des enfants sur les rues

Dans un temps bien connu,

Hier j’entendais du bruit

Dans cette ville interdite.

Hier les jardins étaient en fleurs

Pleines des leurs éclats et leur odeur,

Et tout était en harmonie

Dans cette ville interdite.

Hier les oiseaux fêtaient la paix

Comme dans un rêve éloigné,

Aujourd’hui leurs nids sont vides

Dans cette ville interdite.

Hier je voyais un ciel clair

Aujourd’hui j’entends des bombardiers,

Hier je rencontrais la vie

Dans cette ville interdite

(on va continuer).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s