Le peintre

van-gogh-peinture
D’en temps en temps je regarde le ciel
Et aussi l’éternité de la mer,
Et je regarde les jaunes déserts
Mais je revois les verts forets.

Avec les yeux de ma mémoire,
Je revois les lumières de soir,
Je vois le manteau de ciel
Plein des bougies passagères.

Les vagues blancs que frappent les terres
Comme dans un jeux éternel
Tant que les pierres de la plage
Sont des guerriers avant l’orage.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s